NO MORE STAN SMITH IN PARIS !

Nous sommes en 2019 et la Stan Smith, célèbre paire de la grande marque de sport Adidas, est trop présente aux pieds des parisiens. Coup de gueule ? Un peu, mais celui-ci est justifié.

Prenez le métro aux environs de 9h et observez le nombre étonnamment élevé de chaussures portant le nom du célèbre tennisman figurant, dans la rame. J’en ai compté environ 100. Ne pensez pas qu’un jour j’ai payé un ticket à 1€90 pour compter des pieds, j’allais tout simplement au travail et je n’avais pas de 3G pour répondre à mes DM Instagram.

Néanmoins, avant de critiquer les acheteurs, essayons de comprendre pourquoi cette sneaker a autant de succès.  

Tout d’abord sortie en 1964, la célèbre basket est propulsée par un autre tennisman Français appelé Robert Haillet : la sneaker porte son nom alors même qu’il n’est jamais intervenu dans sa conception. En 1971, elle prend le nom de Stan Smith, qui cette année arrive en quart de Rolland Garros, en finale de Wimbledon et gagne l’US Open (bg la pseudo collab Adidas).

A l’époque du boom de la sneaker, adaptable à tout type de tenue, la SS se vend très bien. Ma mère à ce titre m’a déjà vanté 1000 fois la facilité qu’elles avaient à « passer partout ».

En 2014, Adidas annonce une réédition de la mythique des mythiques, 3 ans après avoir stoppé la production.

stan smith 2019Instagram – @adidasoriginals – @olalela_kuznetsova – @msmadeleine_

Une série limitée est d’abord annoncée. A la vue du succès de cette dernière, au diable la série limitée : la chaussure est alors déclinée en toutes les nuances pantone et de tissus imaginables. Mais alors pourquoi tout le monde choisit la blanche avec l’empiècement vert au niveau de la cheville ???

Pourquoi ?? Si seulement je le savais, je pourrais vendre les produits de Bernobini comme des petits pains. On va vous répondre que « c’est à la mode ». Sauf qu’ici on déteste cette expression : la mode c’est un concept qui ne veut rien dire et qui désigne le fait que les gens achètent les mêmes types de produits sur une période précise (qui ne dure pas plus de 6 mois en général).

Néanmoins, il existe plusieurs paires dans le même cas que la SS, et ce dans différentes villes du monde. On peut prendre comme exemple la AF1 blanche, ou encore la Timberland en daim jaune, qui sont de sacrées bases dans la sneakers-vie newyorkaise. Pardonnerait-on les américains mais pas les français ?

(Mais bon les Tim donnent chaud en hiver quand même, et peuvent servir à assommer quelqu’un, ne dites pas que ça vient de moi).

Il n’est jamais trop tard pour le changement, ouvrez vos navigateurs internet, cliquez sur une paire que vous n’avez encore jamais vue et envoyez le lien à la personne qui doit vous faire un cadeau depuis X temps. Et puis sortez vous pavanez en dénigrant comme moi, les gens qui porte cette paire ultra salissante qui ne tient pas chaud.

Et si vous souhaitez encore porter ces baskets, faites-vous petit, ne créez pas une communauté sur twitter, ne faites pas 10 Boomerangs sur les réseaux. En attendant que cette erreu… tendance passe comme les autres courants de la vie parisienne, je peux vous conseiller de les customiser, ou de faire appel à de jeunes créateurs qui font ça très bien.

présentation Marlon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.